Diazépam

J’ai retrouvé ce texte dans mes archives par hasard. Il a été vécu puis écrit lors de mon dernier long voyage. J’ai choisis de le publier aujourd’hui.


 

J’ouvre les yeux.

Je ne sais pas ou je suis.

Je ne suis pas dans un lit. J’aurais pu penser : je ne suis pas dans mon lit, mais ça fait un an maintenant que je n’ai plus mon lit. Ce terme n’a aucune signification pour moi.

Je suis assis. Il y a d’autres personnes. C’est obscur autour de moi mais on y voit.

Il fait un peu chaud. J’ai soif. J’essaie de comprendre. Qu’est-ce qu’il se passe ?

Je suis dans un avion. Avion ? Ca doit être le transatlantique Oakland/Oslo. J’y suis donc. Mais pourquoi je réagis comme ça ? Quelque chose n’est pas normal. Je ne suis pas dans mon état normal.
Les pilules. Deux comprimés complets de diazépam. Prises en sublingual il y a quatre heures. C’est beaucoup, même pour moi. Je me revoie les faire fondre sous la langue. Quelle heure est-il ? Il reste 5 heures de voyage. Il en restait 9 tout à l’heure. J’ai dormi d’une traite pendant 4 heures. C’est un bon score. Je peux encore dormir quelques heures. Peut être trois.

J’ai toujours soif. Automatiquement, je visualise la bouteille d’eau dans ma valise, qui doit être dans le compartiment.

Je me lève pour la chercher. J’ai un contrôle imparfait de mon corps. Les distances sont faussées : état hallucinatoire de niveau 1. Encore très gérable.

Je la saisis, je me rassoie. Je laisse l’eau tiède envahir ma bouche, je la sens désaltérer ma trachée.

Ma tête est un peu lourde, mais je suis serein. Il ne pourrait en être autrement, avec tous les benzodiazépines que j’ai dans le sang en ce moment.

Ce voyage va bien se passer.

Je peux retourner dormir.

Merci, mes pilules, de veiller sur moi.


Le diazépam est commercialisé en France sous le nom de Valium©

1904221_orig

Zerh

Cet article a été publié dans Délires, Témoignage, Voyage avec les mots-clefs , , , , , , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*