La Police Végane veut ma peau

Depuis quelques jours j’ai plusieurs personnes qui sont venues me voir en privé sur Facebook pour le plaisir de m’insulter.

La raison ?

J’ai acheté un vêtement qui contient de la laine.

Pour la première fois en cinq ans de véganisme.

Donc c’est une raison pour venir me faire chier, apparemment.

Y’a même une capture d’écran de mon statut facebook (ou j’annonce avoir acheté ce vêtement) qui circule. Y’a des gens que je connais pas qui viennent troller sur le groupe végans/végétariens/flexitariens que j’administre sur Facebook. C’est une situation complètement dingue. J’imagine que cela pourrait m’atteindre, heureusement j’ai une personnalité relativement solide, encore qu’on ne puisse pas dire que ce soit agréable. La Police Végane veut ma peau.

vegan police

Je ne suis pas le seul dans cette situation. Une de mes contacts facebook est depuis longtemps recherchée également. La raison ? Elle CONSOMME les oeufs des poules qu’elle a sauvé, et parfois elle les utilise pour nourrir les autres animaux qu’elle a également sauvé. Vous comprenez aisément en quoi elle mérite d’être pendue haut et court. [update : en fait elle VEND ses oeufs. Pendez la deux fois !]

D’autres personnes de mon entourage, des freegans, consomment parfois des produits non végans trouvés dans les poubelles. Ils considèrent qu’il vaut mieux consommer la nourriture au lieu de la laisser se perdre. Vu que cela ne rapporte rien à la société.

Et je passe bien sûr sur toutes les aggressions à l’encontre des végétariens du groupe, ces sales collabos. Ou envers telle autre végane parce qu’elle achète des frites (100% végétales) à MacDonald, ce qui apparemment n’est pas assez végane pour certains.

Cela a tout de même eu le mérite de me faire réfléchir. Je vais donc exposer quelques points ici.

Le véganisme n’est pas une religion.

image

La seule raison pour laquelle on ne mange pas de viande est que cela revient à faire fonctionner un système qui exploite, fait souffrir, et tue des animaux.

Il n’existe aucune bonne raison politique pour que le freeganisme de produits animaux soit immoral. Beaucoup ont l’air de croire que dès que quelqu’un mange un bout de chair ou de fromage quelque part, des effluves magiques sont émises qui retardent la cause végane autre part.

Bouffer ce qui sort de la poubelle, au lieu de le laisser se perdre, c’est une excellente chose. C’est des calories qui allaient pourrir quelque part, de toute façon. Ca réduit donc votre empreinte écologique. Il est bien plus éthique de manger un kilo de boeuf trouvé dans une poubelle, qu’un kilo de nourriture végane. Le premier ne fait de mal à personne et a une empreinte écologique nulle, le deuxième pollue la planète.

Sérieusement, quand je mourrai un jour, et suis 100% sérieux, voici mes dernières volontés : prélevez tous mes organes, donnez mon corps à la science, et s’il y a des restes, bouffez les si ça vous chante. Economisez un repas (ou plusieurs, je suis assez dodu). Polluez un peu moins. Et les parties immangeables, balancez-les au compost.

Et de même, il y a-t-il vraiment une raison de jeter ses vieilles paires de chaussure en cuir, achetées avant d’être végane ? Je porte mes vieilles chaussures en cuir le moins possible (deux fois cette année : à un mariage, et à un entretien d’embauche). Mais en quoi les porter est-il condamnable ?

Certains disent que voir quelqu’un manger de la viande ou d’autres produits animaux, ou porter du cuir, fait une mauvaise publicité au véganisme. En gros, voir des gens porter du cuir encourage à porter du cuir. Dans ce cas, peut-on me dire pourquoi les chaussures véganes en faux cuir sont faites pour ressembler au vrai cuir ? Et pourquoi les simili-carnés sont faits pour ressembler à la viande ? Doit-on être un spot ambulant pour être un bon végane ?

Apparemment, il existerait donc une sorte d’énergie magique qui punit celui qui va a l’encontre du dogme. Le Dogme Végan est implacable, et malheur à l’hérétique  qui ne le respecte pas à 100% en permanence.

Vous ne pouvez pas être parfait

La civilisation dans laquelle nous vivons est basée sur l’exploitation des animaux. Nous pouvons choisir de participer le moins possible à cette exploitation, mais à moins d’aller construire une cabane bio dans la forêt ardéchoise et d’y consommer des plantes sauvages, nous participons toujours à la civilisation. Et tout est relié. Si j’achète des produits véganes, mon argent se retrouvera forcément à un moment où à un autre dans la poche d’une société qui exploite des animaux.
J’achète des cookies Granolas 100% véganes. Ils sont vendus par le groupe LU, qui vend également des biscuits avec du lait dedans. Je rapporte de l’argent à LU, donc j’entretiens le marché du lait.
De même, The Body Shop vend des cosmétiques non testés sur les animaux, mais est maintenant possédé par le groupe l’Oréal, qui teste sur les animaux. Faut-il arrêter d’acheter The Body Shop ? Et si Lush se faisait racheter aussi, faudrait-il arrêter également ?

D’autre part, il est également impossible d’atteindre la Perfection Végane, car il y a des matières animales absolument partout. Dans vos ordinateurs. Dans vos matelas. Dans les matériaux de construction de votre maison. Dans les pneus de votre voiture, de votre vélo ou de votre bus. Dans les serveurs facebook qui hébergent ces débats stériles. Vous ne pouvez pas y échapper.


Le végane parfait : Tom hanks dans Seul au monde… AH NON MÊME PAS : on utilise un peu de porc pour faire les ballons en plastique. WILSON IS NOT VEGAN.

Certains véganes dressent donc une liste précise : Nourriture/Vêtements/Cosmétiques seuls comptent, et seul le cuir et la laine sont à éviter, et si tu utilises une seule de ces matières une seule fois ou consomme un aliment interdit une seule fois, alors tu n’es plus un vrai végane. On remarque au passage que cette liste est dressée relativement arbitrairement : comme on vient de le dire, il existe des milliers d’autres matériaux et objets courants qui proviennent plus ou moins de l’exploitation animale, et on s’arrête à une liste arbitraire à ne pas transgresser, jamais. C’est la définition exacte d’un dogme religieux.

Au passage, on occulte aussi complètement l’exploitation des animaux humains. Les chaussures de sport sont considérées véganes, alors qu’elles sont fabriquées par des esclaves à l’autre bout du monde. Aucun végane ne me regarde de travers quand je vais faire un jogging avec ma vieille paire de Reebok.

Vous n’avez pas besoin d’être parfait.

Pas besoin de se creuser la tête à atteindre l’impossible. C’est inutile.
Vous faites de votre mieux, comme tout le monde.
Faites des exceptions si ça vous chante. Vous ne faites pas de mal à la cause juste parce que vous succombez à la tentation de manière exceptionnelle. Et ça ne fait pas de vous un mauvais végétarien si vous mangez du poisson une fois par mois, ou une mauvaise végane si vous bouffez du fromage à Noël en famille. Je connais plein de végétariens qui ne se disent pas végés parce qu’ils mangent du poisson une fois par mois. Comme s’il fallait être parfait, comme si l’étiquette se méritait, comme si le végétarisme/véganisme était une identité plutôt qu’un choix politique.

Ca fait des années que le fromage me fait envie. J’ai finit par en remanger un morceau cette année. Je me suis rendu compte que je n’aimais plus ça. Ca facilite énormément ma manière de vivre le véganisme. Un bon végane est un végane heureux.

Les principes c’est bien. Les principes qui n’admettent aucune exception, c’est un dogme religieux.

KrN9iYTWR3u0nyzpeZIo_Angry_pastorTHOU SHALL NOT EAT DAIRY

Pourquoi certains véganes décident d’en harasser d’autres ?

Qui sont ces végans policiers qui veulent notre peau ?
La grosse majorité du temps, c’est des hommes (blancs cis hétéros, plus une femme de temps à autre). Qui, d’aussi loin que j’ai pu regarder, ne connaissent pas le principe d’intersectionnalité des oppressions ou s’en foutent. Ils ne sont engagés dans aucune autre lutte, ou s’en foutent.

C’est intéressant, comme schéma, non ? Les privilégiés qui viennent vous rabaisser… Est-ce que ça a à voir avec le véganisme, au fond, ou est-ce que ça serait pas plutôt juste une bataille d’égo ?

Clairement, toi, petit chef de la Police Végane, tu es tellement fier d’être végane, d’avoir vu la lumière, de défendre l’oppression animale, que tu ne pourrais jamais admettre qu’une autre personne imparfaite clame le même titre que toi. Tu désires être seul sur ton petit piédestal de véganisme.

Dans le même genre, j’ai déjà vu des gens clamer qu’il fallait pas militer auprès des cons, parce qu’on en veut pas dans le véganisme. EUH, SI, JUSTEMENT. Le principe, c’est pas que tout le monde devienne végane ? Où comment desservir sa cause juste parce qu’on veut appartenir à une pseudo-élite.

le Dessert Tacoz Végane (© Les Miams Véganes)

Cadeau : voici un bout d’une conversation avec des membres de cette police végane (car ils s’organisent entre eux pour venir troller/harceler, apparemment) :

cretin1

Nouveau crime dénoncé par la police végane : coucher avec des omnivores

Un autre exemple de supériorité végane bien affichée :



cretin2
Wow seulement trois jours pour devenir végane ? Félicitation tu gagnes 12 points sur ta carte de véganisme

Et il n’y a pas de fin à cette logique. On pourrait répliquer à la végane ci-dessus : « Trois jours complets de souffrance pour les animaux ? Tu devrais avoir honte. Tu aurais du devenir végane en un seul jour ». Sérieusement, on commence vraiment à faire des compétitions de véganisme ? Genre j’ai transitionné en deux mois, un mois, trois jours ? Trois secondes ? Je suis devenu végan à 30 ans, moi à 25, moi depuis la naissance ? Et c’est quoi le mieux, être végétarien depuis 20 ans ou végane depuis 10 ans ? Qui distribue les points ? Heureusement que la Police Végane surveille, sinon ça serait le bordel, on ne saurait même plus qui est le meilleur végane.

Alors, en bons militants véganes, je propose qu’on se pose une question :

Franchement, est-ce que cette dépense d’énergie fait avancer la cause ? Est-ce qu’ostraciser les omnivores, flexitatiens, végétariens, et mauvais véganes, fera avancer la cause ? Et si non, alors pourquoi le faire ?

Franchement, est-ce utile aux animaux ?

Franchement ?

______________________________

Edit 1 : J’ai un lecteur qui me reproche de ne pas être abolitionniste, car je tolère ceux qui ne respectent pas tous les principes du véganisme (genre j’ai des amis omnis, flexis, végés…)
Réponse : Être abolitionniste, par définition, c’est être pro-abolition, point. Ca n’a rien à voir avec la façon de traiter ceux qui ne partagent pas notre point de vue ou ceux qui le partagent mais n’en remplissent pas tous les critères.

Edit 2 : Marrant, depuis cet article, je reçoit des injures homophobes sur mon compte ask. Bien bien, les végans. Je disais quoi déjà sur l’intersectionnalité ?

Edit 3 : au 13/10/14

Vous voulez un peu de gossip ? Oh oui vous voulez =)

Déjà, sachez que 1 mois plus tard j’ai encore reçu quelques insultes en privé sur Ask.Fm.

Ensuite : Je viens de retrouver, en rangeant mes dossiers, un bout de conversation qui mentionne le Vegane™ qui m’a le plus harcelé de tous (qui a été jusqu’à chercher des photos de moi pour faire des montages moches avec, limite je l’obsède tellement que je crois qu’il pense à moi quand il jouit).

Bah figurez-vous, qu’il nourrit son chien à la viande. C’est marrant, parce que les chiens peuvent vivre très bien (et en meilleure santé) uniquement avec des végétaux.

Vegane TM

Quand je vous disait que le Véganisme TM de la pureté de la perfection, c’était l’hypocrisie du siècle. Au passage, la superbe excuse de « mon chien est allergique au soja » alors qu’on peut être végane même en étant allergique au soja, hein.
Les humains sont fantastiques parfois.

Pour aller plus loin :

Cet article vous a plu ?
Merci de le partager sur Twitter ou Facebook !

Cet article a été publié dans Débats, Réseaux sociaux, Véganisme avec les mots-clefs , , , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

71 Commentaires