Le Parcours du combattant de deux malades mentaux qui voulaient se soigner

TW Dépression, Suicide

Nombre de mots : 1500
Temps de lecture : 5 minutes

C’est l’histoire de Monsieur Z et Madame O.

Parlons d’abord de Monsieur Z. Monsieur Z est très en colère.

En effet, Monsieur Z est malade mental. Quand notre histoire commence, vers août 2015, Monsieur Z est dans un état de dépression sévère. Il n’a plus goût à rien, passe des journées lentes et tristes, n’arrive pas à travailler ni à faire quoi que ce soit d’ailleurs. Ses journées passent comme celles d’un fantôme. Ça fait des années qu’il a des poussées de dépression, mais il n’a jamais essayé de se faire traiter. Les parents de Monsieur Z sont médecins. Ils ne croient pas à la dépression, alors Monsieur Z pendant longtemps n’a jamais compris qu’il ne vivait pas normalement. De toute façon, entre ses études exigeantes et ses premiers boulots obtenus à prix fort, comment aurait-il trouvé le temps de se soigner ? Mais Monsieur Z a 29 ans et ce qu’il ne savait pas non plus, c’est que des symptômes psychiatriques non traités empirent drastiquement avec l’âge. Monsieur Z ne peut plus travailler. Il ne peut plus faire grand-chose, d’ailleurs. Il survit du RSA et d’une rente parentale.

Tout n’est pas tout à fait noir : Monsieur Z est amoureux de Madame O, et Madame O de Monsieur Z. Seulement, voilà : Madame O est également dans un état de dépression avancé.

Pourquoi Madame O s’est-elle entichée de Monsieur Z et Monsieur Z de Madame O ? Au-delà des simples mystères de l’amour, il semblerait que les dépressifs  aient tendance à se regrouper entre eux. Les dépressifs sont souvent impossibles à supporter pour les non-dépressifs, qui ne comprennent pas leur incapacité à faire autre chose que trainer des pieds toute la journée. La communication est souvent difficile, parfois impossible : on ne parle simplement pas le même langage. De toute façon, supporter l’éternel mal-être d’un dépressif n’est pas une tâche qu’une personne saine d’esprit aurait forcément envie d’accomplir.

Alors Monsieur Z et Madame O sont malades, ensemble.

Another_sunset_together

Madame O a 26 ans, et elle est dans un état possiblement pire que Monsieur Z. Par « état pire que Monsieur Z » entendez : elle risque davantage de se buter que Monsieur Z. Oui, car la dépression ce n’est pas que traîner la patte chez soi en pleurant aux nuages et en enchainant les épisodes de The Wire. Arrivé à un certain niveau, c’est aussi une lutte permanente pour ne pas crever. Et jusque-là Madame O s’en tire bien : elle respire encore.

Les parents de Madame O sont médecins. Ils ne croient pas que leur fille soit dépressive. C’est surement un simple mal-être : leur fille n’est-elle pas de nature capricieuse ?

Les parents de Madame O l’aident financièrement. Pas assez, cependant, juste de quoi payer le loyer, quelques taxes. Monsieur Z doit parfois acheter à manger à Madame O. Les parents de Madame O sont très riches, mais ils pensent que l’argent se mérite et ne veulent pas que leur fille soit une assistée. Il faut qu’elle travaille pour sa pitance. Madame O vient de finir ses études avec force difficultés et sa maladie l’empêche de travailler.

Devant cette sinistre situation, Monsieur Z et Madame O ont décidé de chercher de l’aide.
Monsieur Z et Madame O étant pauvres, ils se rendent dans le CMP de leurs villes respectives. CMP signifie « Centre Médico-Psychologique ». C’est un endroit où l’on peut se faire traiter psychiatriquement et/ou psychologiquement, gratuitement. Que la France est belle ! Merci de nous permettre de guérir, de devenir bientôt des membres actifs et productifs de la société, se dit Monsieur Z, qui ne sait pas encore qu’il va déchanter sévère.

Après deux mois (…) d’appels téléphoniques, Monsieur Z obtient finalement un rendez-vous. Pas dans le CMP de sa ville, mais celle d’à côté. Tant pis, il fera les heures de trajets. Madame O obtient un rendez-vous bien plus vite dans sa ville.
Monsieur Z est enfin pris en charge par une psychiatre. Très vite, un diagnostic « non-officiel » tombe : vous êtes probablement bipolaire. Soit, cela parait logique, se dit-il. Monsieur Z est immédiatement placé sous lithium.

634842761831934732

Parlons un peu du lithium. C’est un traitement qui fonctionne très bien chez certains bipolaires. Il s’agit aussi d’un traitement très, très lourd. Des tests médicaux et prises de sangs doivent être effectués régulièrement (toutes les semaines au début) pour vérifier par exemple que les reins ne sont pas en train de lâcher. S’ils lâchent, dommage, parce que ça ne se réactive pas, un rein.

Le lithium est un traitement ultra-lourd aux effets secondaires très importants qu’on ne donne que pour un diagnostic certain. Monsieur Z, et tous les médecins à qui il en parlera par la suite, ne comprend pas pourquoi on lui sort directement ce qui ressemble à une solution finale, mais soit, il prend le traitement.
La psychiatre de Monsieur Z est très gentille, mais aussi très occupée. Elle n’a pas beaucoup de temps à accorder à Monsieur Z, car le CMP est bondé. Au début, c’est 5 ou 10 minutes toutes les trois semaines, puis 20-25 minutes tous les mois et demi. Avec ces horaires, Madame la psychiatre ne peut pas savoir que Monsieur Z réagit très mal au traitement. Monsieur Z expérimente de nombreuses crises de panique quotidiennes. Pour ceux qui ne connaissent pas les crises de panique, sachez qu’il s’agit d’une des pires expériences que vous puissiez vivre. Basiquement, votre cerveau croit que vous êtes en train de mourir.

Pendant ce temps, Madame O se fait traiter dans la CMP de sa ville. Ville plus aisée, plus riche, signifie CMP moins bondée : elle arrive à obtenir des rendez-vous réguliers. Sa psychiatre lui prescrit de l’Abilify, une molécule un peu nouvelle aux effets secondaires assez dangereux, mais prometteuse néanmoins. Il faut trois semaines pour que le médicament commence à faire effet. La situation de Madame O semble s’améliorer, un temps.

abilify

Pendant ce temps, Monsieur Z réussit á voir sa psychiatre, et il arrête donc le lithium. Il est placé sous Abilify lui aussi, ainsi que sous benzodiazépines. Les benzos sont une classe de médicaments anxiolytiques terriblement addictifs et dangereux à arrêter. La durée de prescription maximale conseillée est de trois semaines.

Quelques semaines passent. Semaines très douloureuses car les effets secondaires du traitement par Abilify sont atroces. Monsieur Z, torturé de partout, compte les jours et les heures en attendant que le médicament fasse effet : trois longues semaines. Puis sa situation s’améliore, un temps.

Pendant ce temps, Madame O fait des rechutes. Des rechutes graves. Elle en parle à sa psychiatre, qui ne fait rien.

Peu de temps après, Monsieur Z recommence à avoir des crises de panique. Légères.

Madame O rechute bien bas dans sa dépression. Sa psychiatre ne fait rien. Madame O demande un diagnostic, même non-officiel. Sa psychiatre refuse.

Monsieur Z a des crises de panique bien plus graves. Impossible de joindre la psychiatre. Le prochain rendez-vous est dans un mois.

Madame O chute encore. Sa psychiatre l’inscrit a un groupe de parole d’appréciation de la musique.

Monsieur Z est dans un état terrifiant et terrifié. Il se réveille toutes les nuits avec le bras gauche engourdi et de la tachycardie, signes de crise cardiaque. Il se rend aux urgences trois fois dans la semaine. Son cœur va bien, le psychiatre des urgences l’autorise à stopper son traitement.

Madame O va au plus mal, annonce depuis un moment ses pulsions suicidaires à sa psychiatre. Sa psychiatre fait des bulles.

Cela fait maintenant 6 mois que Monsieur Z et Madame O ont obtenus leur premier rendez-vous. Aujourd’hui on peut faire le bilan de ces six mois. Monsieur Z n’a pas de traitement. Il n’avait pas de crises de panique avant, mais maintenant oui. On l’a laissé environ 4 mois sous benzodiazépines et il a développé une dépendance.

xanax-bar

Madame O, après quelques mois plus positifs, en est à nouveau à son point de départ, sa psychiatre refusant d’ajuster son traitement.
Monsieur Z voudrait pouvoir travailler, et souhaite donc réclamer un statut Travailleur Handicapé. Mais il a besoin pour cela d’un certificat de bipolarité de sa psychiatre, que celle-ci lui refuse. Il ne comprend pas pourquoi sa psychiatre semble assez sûre d’elle pour le mettre sous traitements lourds mais pas suffisamment pour l’écrire sur un bout de papier. Monsieur Z ne peut pas travailler avec sa maladie, sans ce statut handicapé.

La psychiatre de Madame O ne semble toujours pas la croire quand elle parle de ses idées suicidaires. Monsieur Z est terrifié à l’idée que Madame O fasse une tentative de suicide.

Monsieur Z et Madame O se sentent abandonnés, désespérés. Ils envisagent de creuser leurs maigres réserves financières pour avoir accès à des psychiatres dignes de ce nom, pouvant proposer un vrai suivi. Ils ont aussi besoin d’une psychothérapie, ce qui est impossible au CMP, les délais d’attente étants de plusieurs mois.

Monsieur Z c’est moi, et je suis très, très en colère.

Pour aller plus loin :

Cet article vous a plu ?
Merci de le partager sur Twitter ou Facebook !

Cet article a été publié dans Dépression, Société, Témoignage. Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

22 Commentaires

  1. Publié le avril 19, 2016 à 9:10 | Permalien

    Plus je découvre l’ampleur du désastre de la situation sanitaire en terme de psychiatrie en France, plus je prends conscience de ma grande chance d’avoir pu passer ma dépression toute seule en ermite à la campagne chez ma sponsor de mère sans voir un seul médecin ni un seul médoc (le remède fut grosso modo 12 ans de repos et de quasi solitude, avec de la psychothérapie).
    Et moins je m’étonne de voir de plus en plus de gens chercher des solutions « alternatives », vu que le non-alternatif merdoie de + en + et que l’alternatif permets d’améliorer la santé, pour de vrai (mieux et + vite que la psychothérapie seule, ce qui ne remet pas en question l’utilité de la psychothérapie, bref). Quoi que l’alternatif n’est ni plus ni moins que de la science, à la base: l’axe microbiote-intestin-cerveau, modulable via la nutrition. Les américains sont en train de le comprendre (voir les Dr Kelly Brogan ou Perlmutter, par exemple), mais les médecins français, ça rame.
    Bref, tout ça pour dire qu’il y a des solutions. Prenez soin de vous!

  2. Petit-Lutin
    Publié le avril 19, 2016 à 10:13 | Permalien

    Je t’avais déjà parlé de Poulpe Radieux, alias Nicolas WOLFF, bipolaire qui a été sauvé des médocs et du cercle infect des médicaments « calmants » chez les bipolaires grâce à l’hypnothérapie, qui est beaucoup mieux comprise au Canada. Il propose aux bipolaires qu’il voit d’apprendre à s’autonomiser par l’hypnose, il fait ce genre de choses (l’hypnothérapie) à Strassbourg et, très ouvert, peut donner des liens, des contacts, si tu lui envoie un message sur Facebook, par mail ou sur sa chaîne.

    https://www.youtube.com/watch?v=sPQlDPjbaII

  3. Publié le avril 19, 2016 à 11:50 | Permalien

    Je suis effarée par tant de négligence de la part de vos psychiatres. Du coup je me sens un peu comme chanceuse d’être tombée sur une psychiatre très à l’écoute, attentive et qui me suis depuis le premier jour où je suis allée me faire hospitalisée volontairement en HP. Au contraire, j’ai eu l’impression que l’équipe soignante se préoccupait beaucoup de savoir si j’avais des idées noires et/ou suicidaires. La deuxième fois où cela m’est arrivée, il y a moins d’un mois environ, non seulement je m’auto mutilais mais l’amoureux a commencé à prendre peur ce qui a aggravé mon état. Ma psychiatre m’a soutenue et m’a vivement suggérée de me faire hospitalisée pour me reposer, repos que je n’arrivais pas à trouver même en étant de nouveau en arrêt maladie après avoir repris un nouveau travail…
    A côté, j’arrive à voir un psychothérapeute qui a estimé que ma psychiatre m’avait sauvée.
    Mais malheureusement, ma psychiatre part faire sa vie ailleurs et sera remplacée ce qui me rajoute une angoisse supplémentaire. De plus j’ai l’impression d’être une droguée entre tous les cachets à prendre, mes effets secondaires et la peur de l’addiction. Bref je parle un peu trop de moi…
    Monsieur Z et Madame O, je vous souhaite de trouver des solutions pour vous rétablir et améliorer votre quotidien <3 <3 Très grosses bises et câlins.

  4. Little Mohini
    Publié le avril 19, 2016 à 3:14 | Permalien

    Dans quel enfer on nous laisse vivre ! Les clefs sont pourtant bel et bien existantes ! L’hypnotherapie ! Pas celle qui permet juste de se relaxer, mais celle qui est régressive, et qui nous permet d’identifier les causes profondes de notre dépression, de les accepter pour pouvoir passer enfin à autre chose. Notre naissance, notre education, parentale, religieuse, scolaire, nous transmet de bonnes choses mais aussi de mauvais noeuds que l’hypnotherapie peut nous permettre de faire sauter. Alors n’attendez plus, trouver le bon hypnotherapeute, celui qui saura entendre et comprendre les causes profondes de votre mal être, et qui vous aidera à vous libérer. Bipolaire et enfin sortie d’une dépression de 35 années ! Je n’en voyais pas le bout, mais je suis enfin libérée.

  5. Suze Araignée
    Publié le avril 19, 2016 à 8:09 | Permalien

    Personnellement, je suis pauvre et au RSA, mais lorsque je me suis enfin lancée dans la psychothérapie, je suis allée non au CMP (je savais que les délais d’attente sont interminables et les RDV très espacés), mais chez un psychiatre-psychanalyste-psychothérapeute de secteur 1 qui ne fait que des analyses et des thérapies (lorsque j’ai eu besoin d’un traitement AD, il m’a suggéré d’en parler à mon médecin traitant, qui me l’a prescrit). Bon, j’ai eu de la chance parce qu’il refuse régulièrement des patient-e-s faute de place (je l’avais appelé pile au moment où une place se libérait), mais ça fait presque 5 ans que je le vois et ça me permet d’aller de mieux en mieux. Je le vois deux fois par semaine.
    À la fin de chaque séance je lui tends ma carte vitale et c’est tout, pas besoin de sortir un centime de ma poche.

    Tout ça pour dire qu’essayer de trouver en libéral est peut-être une piste. Même si je sais qu’en France on manque de psychiatres (on est pourtant l’un des pays où il y en a le plus, certains pays comme le Bénin ne compte qu’un psychiatre pour tout le pays !) et que selon où vous habitez, ça peut être compliqué de trouver. Mais ne désespérez pas : c’est possible de trouver chaussure à son pied… enfin je veux dire psychiatre à sa tête !

  6. Publié le avril 19, 2016 à 8:43 | Permalien

    Les psychiatres conventionnés coûtent 43,70€ et sont remboursés 42,70€. Les psychiatres en hôpitaux ne coûtent rien.
    Il faut que tu changes de psychiatre. Il faut probablement que vous changiez tous les deux de psychiatre. Écoute, si tu es bipolaire, il te faut un régulateur d’humeur, pas de l’abilify, pas des benzodiazépines seules, ça ne sert à rien, sauf un temps, en attendant autre chose. Cet autre chose, c’est le régulateur d’humeur. Va à l’hôpital, demande un rendez-vous avec un psychiatre, explique-lui tout ce que tu viens d’expliquer ici, et demande-lui de l’aide. Souvent, les services sont compétents, et ils pourront te faire passer des tests et évaluations pour vérifier si tu es bien bipolaire. Il y a peut-être aussi un centre expert bipolaire dans ta ville ? Si c’est le cas, fonce ! Il ne faut pas que ta copine meure, il faut qu’elle soit prise en charge, et si vos deux familles ne sont pas avec vous, si vos deux médecins ne sont pas avec vous, alors vous êtes seuls, contre le monde entier. J’ai connu exactement, au mot près, la même situation en 2012. Sauf que j’avais 16 ans et lui 17. Ne restez pas seuls. Battez vous, ensemble, pour trouver de bons médecins. De bons médecins sont sages, prescrivent de bons médicaments (Xeroquel mec, Xeroquel ! Ça m’a sauvé la vie, et à lui aussi), et aussi d’autres formes de thérapie, par la parole, ou toutes sortes d’autres choses, comme les TCC, l’EMDR, vous pouvez vous renseigner. Changez de médecins, vraiment. Je vous conseille le milieu hospitalier, vous y serez en sécurité si vous avez besoin d’une hospitalisation, ce qui semble déjà être le cas de ton amie. Je te conseille vivement de lire le livre « J’apprends à gérer ma cyclothymie » d’Élie Hantouchen un des plus grands spécialistes du domaine, très complet et qui donne des tas de conseils pour mieux comprendre et appréhender sa maladie, devenir un expert de soi-même. Si tu n’es pas bipolaire, tu le sauras clairement après l’avoir lu. Si tu l’es, tu en auras également une bonne idée.
    Courage, courage, courage ! Dieu que je sais ce que ça fait, dieu que c’est long et douloureux et qu’on se sent seul, abandonné, dans la merde, et qu’on ne sait plus où aller ni comment faire ! Le bras paralysé, ça s’appelle de la désincarnation, c’est un phénomène courant dans le trouble bipolaire ou chez certains médicaments, cherche sur internet.
    Je vous souhaite de vous en sortir. De toute mon âme. Nous nous sommes battus un an avant que je trouve, par hasard, alors que je ne voulais pas y aller, la psychiatre qui m’a sauvé la vie. À partir de là il m’a fallu encore un an pour me reconstruire suffisamment pour recommencer vraiment à vivre, et encore un pour réapprendre, dans le monde des gens normaux. Mais une fois que je l’ai trouvée, j’ai été sauvée.
    Je vous souhaite, de toute mon âme, la même chose. Je penserai à vous. Vous êtes incroyablement Forts. Ne l’oubliez pas.

  7. Publié le avril 19, 2016 à 9:53 | Permalien

    Comme dit sur le groupe, ces quelques lignes m’ont profondément touchées et j’ai envie de vous crier que vous aller « vous en sortir », que tout n’est pas perdu…

    Ce qu’il faut savoir
    – il y a possibilité de ne pas débourser un centime comme le dit Araignée, bien qu’il y ait de l’attente aussi en libéral
    – le mieux est de faire pour commencer une demande d’ALD pour être remboursé à 100%
    – en psy la manière dont on est traité dépend du hasard
    – les MDPH refusent les AAH, pour ça et la RQTH c’est 8 mois d’attente au mieux, plutôt un an ou deux en général (délai légal de 4 mois, grosse blague)
    – te refuser de remplir le formulaire médical de la MDPH c’est tellement dégueulasse… et complètement anormal. Je me demande si ta généraliste n’aurait pas droit de le faire.
    – l’hôpital de jour est une possibilité pour toi ? L’un des avantages est d’être suivis par une équipe.

    Courage courage courage & APAB

  8. Mateïa
    Publié le avril 21, 2016 à 11:54 | Permalien

    Je suis effarée et désolée pour vous. Si ça ne se passe pas bien, ça paraîtrait pourtant évident qu’il faut rediriger vers un autre collègue. J’ai l’impression que la fierté du médecin passe avec le bien-être des patients et c’est terrible, c’est de l’abus de confiance et de pouvoir. Quand on choisit qui consulter, à moins d’agir sur les conseils de quelqu’un qui s’y connaît, c’est jouer à la roulette russe ? Je n’ai pas de conseils utiles pour vous, désolée, mais je vous souhaite que des bonnes choses.

  9. Publié le avril 25, 2016 à 12:44 | Permalien

    Bienvenue dans mon monde. Bon courage avec ce traitement. Je n’ai pas supporté l’abilify, à un point où ça ressemblait plus à un bad trip sous acide qu’autre chose. Le lithium fut miraculeux, j’aurais aimé pouvoir continuer mais… les reins c’est utile !
    On peux se contacter via blogs pour causer. Je suis enrtre autre bipo, officiellement T2, mais j’ai des hallus et psychoses. (va comprendre). J’essaie de me débarasser de mon emploi actuel pour en chercher un à peu près adapté à ma condition. chaque procédure me pèse, vraiment.

  10. Samuel
    Publié le mai 10, 2016 à 1:52 | Permalien

    Si t’as vraiment rien à faire go Dota 2

  11. Marre de chez marre
    Publié le mai 21, 2016 à 2:27 | Permalien

    En relisant tout ça, je ne peux pas m’empêcher de penser :

    Société psychophobe de merde….!!!

    Oui je sais, ce commentaire est vachement utile.

    Mais ça défoule, parfois (et peut-être que certaines personnes auront appris un nouveau mot).

  12. Annonyme
    Publié le août 31, 2016 à 4:41 | Permalien

    Bonjour,
    Je viens juste de découvrir ce blog et je voudrais juste faire passer un petit message d’espoir. Mon mari et moi partageons une situation très similaire (même écart d’âge aussi ^^) et je peux dire une chose : ça peut s’améliorer, d’autant plus qu’à deux vous pouvez vraiment vous soutenir et faire attention l’un à l’autre. Nous sommes tous deux dépressifs, tous deux en situation financière difficile, tous deux sans soutien familial aussi, MAIS être là l’un pour l’autre est une chance inespérée, qui permet de supporter le quotidien et de s’aider mutuellement.
    Je ne dis pas que c’est facile, oh loin de là, mais ni que c’est rapide (on traîne nos problèmes depuis des années et c’est un perpétuel travail sur soi), mais pouvoir compter sur une personne qui nous comprend, nous aime, nous soutient, et veut notre bien est probablement le meilleur atout qui soit. Et nous avons pu tous les deux intégrer le monde du travail à terme, même si parfois de façon temporaire.
    Si votre amie est encore étudiante, elle peut se rapprocher de sa mutuelle étudiante. Je ne sais pas si c’est encore le cas, mais lorsque j’étais encore étudiante et en dépression (il y a 6 ans de cela environ), la LMDE m’avait permis de consulter gratuitement une psychiatre près de l’université qui faisait un excellent travail. J’espère qu’ils offrent toujours cette possibilité, cette femme m’a sauvé la vie à l’époque, et je ne parle pas au figuré.
    Tout ça pour dire de vous accrocher, de continuer à prendre soin de vous
    mutuellement. Ce n’est pas évident, on a l’impression que le sol va se dérober sous nos pieds et nous engloutir, mais à deux on peut se serrer les coudes et s’entraider.
    Je vous souhaite tout le bonheur du monde. 🙂

  13. Moshé
    Publié le novembre 23, 2016 à 4:43 | Permalien

    Certains ne connaissent pas la Shoah (https://www.youtube.com/watch?v=D5QoRtgeung ) pas d’indemnités donc mais rassure toi je t’ai trouvé un moyen de te faire de l’argent facilement vu que le milieu de la télé est déjà pris: https://www.tipeee.com/julia-gameuse- . Ca marche tellement bien qu’avant ce faire ce tipeee elle avait une porsche https://twitter.com/Aez_1825/status/799685546469519360 mais également une piscine , mais bien sûr un jaloux a dû pirater son insta avec toutes ces photos et la menacer pour
    que ces photos ne réapparaissent plus.

    Tu as une soeur je crois? Regarde tous ces masculinistes sauvages https://www.tipeee.com/julia-gameuse-/tippers , ils ont de bonnes têtes de salauds , ils doivent battre de la femme tous les jours ! Ils contribuent sûrement au système machiste , ta soeur doit les extorquer , après tout la vie d’une femme n’est que souffrance.

    Sur CNN on débat si les juifs sont des humains. Demain les gens essayeront de vous tuer tous. Autant en profiter non?

    • Zerhariel
      Publié le novembre 28, 2016 à 9:09 | Permalien

      Mec c’est ton deuxieme commentaire weird et probablement antisémite sur ce blog (tu peux changer de nom et de mail mais ton IP reste la meme) – comment te prendre au serieux ? Et qui es tu ? Quel est ton objectif ?

  14. Mateia
    Publié le décembre 19, 2016 à 11:58 | Permalien

    Et du coup, si la question n’est pas malvenue, depuis avril, vous avez réussis à trouver un bon psy ?

    • Zerhariel
      Publié le décembre 24, 2016 à 12:19 | Permalien

      Non, j’ai du guerir seul… Ma doudou en a trouvé un bien par contre !

      • Mateia
        Publié le février 1, 2017 à 5:07 | Permalien

        Merci pour les nouvelles, ça rassure un peu…
        Prenez soin de vous, je vous souhaite pleins de bonnes choses.

        PS : pour l’histoire ma sœur n’a jamais réussis à trouver un bon psy en 15 ans (HP compris), mais ça a collé avec les AA. Juste pour dire, tout ce chemin pour trouver des oreilles attentives, des gens attentionnés… :/

  15. Comprends pas
    Publié le février 16, 2017 à 12:03 | Permalien

    Mais comment est-il SCIENTIQUEMENT (car oui c’est de la science) possible d’être JUIF ET PAUVRE? Et avec des ETUDES?MAIS C’EST LA GOUTTE D’OR QUI FAIT DEBORDER LE VASE EN CRISTAL!

    ALORS QUE DE L’AUTRE COTE , LE KOLOSSAL TALAN est de retour https://fr.wikipedia.org/wiki/Gangsterdam pour 2017 avec d’autres ju…comédiens triés sur le volet?

  16. DJY
    Publié le février 20, 2017 à 12:23 | Permalien

    LA FRANCE EST ANTISEMITE!IL FAUT IMMEDIATEMENT PORTER PLAINTE ET LUI SOUTIRER DES DOMMAGES ET INTERETS

    • Zerhariel
      Publié le février 22, 2017 à 1:46 | Permalien

      lol et ca cest pas antisemite non plus jimagine

    • Zerhariel
      Publié le février 22, 2017 à 1:50 | Permalien

      Tu sais que je VOIS que les 6 derniers commentaires antisemites sur mon blog sont de toi ? Pas la peine de changer de pseudo et de mail lol

Un trackback

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*