Conflit israélo-palestinien en France : Comment en discuter sans antisémitisme.

C’est la guerre en Israël/Palestine.

Je ne vous apprend rien, ça dure depuis 1948.

On remercie bien fort à ce propos les fruits du colonialisme occidental, précisément les britanniques qui ont décidés à l’époque de se barrer en laissant les juifs et les palestiniens sur ce petit bout de terre, et puis on verra bien qui aura tué l’autre en premier.

On la connait, cette guerre. Les palestiniens sont opprimés, ils balancent des roquettes sur Tel-aviv, l’état israëlien réplique avec chars et avions, à la fin les palestiniens sont toujours opprimés, sauf que la maison est détruite et le fils du voisin est mort, ce qui n’arrange rien. Répetez le cycle en boucle.

Voilà, je pense avoir bien résumé le conflit, et je n’irais pas plus loin, car ce n’est pas l’objet de cet article. Je ne m’interesse pas plus à cette guerre qu’a une autre. Par contre je renifle de l’antisémitisme latent partout où on en parle, et ça, c’est ce dont je veux parler aujourd’hui.

De même que, sous couvert de féminisme, la question du voile est l’occasion pour les racistes de tout poil de s’exprimer, de même la question du conflit israélo/palestinien fait ressortir énormément d’antisémitisme.

Et j’en profite pour le rappeler :

NON, être juif n’est pas un privilège.

En Israël, être juif est un privilège. Je vis en France . Affirmer qu’être juif est un privilège dans ce pays est une marque d’antisémitisme.

Les juifs auraient un « réseau communautaire » qui leur permettrait de devenir riches, puissants, et de tirer les ficelles de ce pays. On a EXACTEMENT le même discours avec le « lobby gay », cette puissante organisation homosexuelle qui contrôlerait le gouvernement dans l’ombre. « Parce que c’est connu, si t’es pas feuj ou pédé dans ce pays, tu arrives à rien » (Dixit un quenelleur).

Il existe une communauté juive. Il existe une communauté LGBT. Il existe des communautés pour toutes les minorités.

Maintenant, dites-moi si se faire jeter des pierres quand tu vas chercher ton ballon à 12 ans c’est un privilège. Ou quand tes amis se font casser la gueule parce qu’ils portaient un signe religieux. Ou quand un ancien camarade de classe se fait trucider gratuitement avec ses enfants (Mohammed Merah pour vous c’est un fait divers glauque, pour ma famille c’est le meurtre d’un ami et de ses enfants). Quand ta synagogue se fait cibler par des cocktails molotovs. Quand tu lis ou entend de la haine gratuite à ton égard un peu partout, et que ça t’use.

Tous ces exemples, ils me sont personnellement arrivés. Alors que je n’ai rien d’un juif religieux, je ne porte même pas de magen david, je ne fréquente pas la communauté juive. Et je n’ai jamais chopé le moindre piston grâce à ma juiverie.

L’antisémitisme est bel et bien vivant et actif en France, quoi qu’on en dise. Et le fait qu’on fasse couler beaucoup plus d’encre sur le conflit israélo/palestinien plutôt que sur, par exemple, le génocide syrien, n’est pas anodin. Visitez n’importe quel forum un peu populaire (Blabla 18-25, jeuxvideos.com, par exemple ?) et comparez le nombre de posts sur Israël/Palestine par rapport à n’importe quel autre sujet. Lisez la violence des débats. Dire que de l’antisémitisme ne se cache pas quelque part là dessous serait de la plus haute naïveté, surtout que l’antisémitisme ne prend souvent même plus la peine de s’y travestir en antisionisme.

Parlons donc un peu de l’antisionisme en France.

Antisionisme : ça veut dire quoi ?

« Je suis pas antisémite, je suis antisioniste » – on connait le couplet de la bande Soral/Dieudonné et leurs hordes d’”antisystèmes”. Le fait qu’ils soient aussi négationnistes/conspirationnistes et tiennent des propos antisémites à coté, est une pure coincidence. Mais pas besoin d’aller chercher trop loin du coté de Egalité & reconciliation pour constater que l’antisionisme est souvent un antisémitisme déguisé.

Beaucoup d’antisionistes n’ont aucune idée de ce que le mot « sionisme » signifie. Sérieusement, je doute même qu’ils comprennent quoi que ce soit à l’article wikipédia sur le sujet. Il existe vraiment peu de mots qui soient à la fois autant utilisés et autant mal compris.

Le sionisme se définit comme « une idéologie politique […] prônant l’existence d’un centre territorial ou étatique peuplé par les Juifs en Terre d’Israël »

Cet état, il existe depuis 70 ans. Les israéliens d’aujourd’hui sont les petits-enfants, voir les arrières petits-enfants des juifs qui ont émigré en masse en Israël pendant l’ère sioniste. Être contre le sionisme aujourd’hui, c’est un peu comme être contre la colonisation des états-unis par les britanniques. C’était sans doute une mauvaise idée sur le moment, mais maintenant, on fait quoi ? On attend des américains qu’ils s’excusent, rendent la terre au peuple indien et rentrent tous en masse en Angleterre ?

C’est pareil en Israël actuellement. On pouvait être antisioniste, c’est à dire critiquer la création de l’état, il y a plus d’un demi-siècle. Mais maintenant, que fait-on avec ces 8 millions d’israéliens ? Les renvoyer dans les pays de leurs grand-parents, qu’ils n’ont pas connus, dont ils ne connaissent ni la langue ni la culture, et qui ne veulent de toute façon pas d’eux ?

Le sionisme n’existe plus. On peut parler de Néo-sionisme ou de Post-sionisme. On peut militer contre la politique expansionniste de l’état israélien. On peut militer contre l’apartheid, l’extrême-droite israélienne, l’oppression palestienne, les colonies, ou que sais-je encore. Demander la fin de l’apartheid. Demander un état palestinien. Demander la fin des violences. Mais ne prétendons pas qu’il suffit de se débarasser de la population israélienne (ou palestinienne) pour résoudre le conflit.

Au final, l’antisionisme est souvent un simple paravent pour certains antisémites. il vaut donc désormais mieux se dire anti-néo-sionistes, le néo-sionisme correspondant davantage à l’idée d’une politique israëlienne agressive et expansionniste.

Enfin, un dernier point :

Eviter les fucking amalgames !

         a) Un juif n’est PAS un israélien.

Il faut savoir que des juifs se font régulièrement tabasser en France, des gens qui n’ont rien demandé à personne, au nom de la défense du peuple palestinien (qui, je pense, se soucie assez peu de savoir si un juif français lambda a été tabassé pour défendre ses oppressions).

Quant à la LDJ, elle n’est aucunement représentative des juifs de France.

         b) Un israélien n’est PAS un juif.

On a tendance à l’oublier, dans ce débat, mais il n’y a pas que des juifs en Israël, loin de là.

Les juifs représentaient en 2007 75% des citoyens de l’état d’Israël (donc sans prendre en compte les territoires). Le chiffre a probablement baissé aujourd’hui, vu que leur taux de natalité est largement inférieur à celui des musulmans. Faire l’amalgame Israélien = juif, c’est effacer l’identité des populations israéliennes musulmanes. [Source]

De plus, seulement 10% de la population israélienne est ultra-religieuse. La plupart des juifs d’Israêl se soucient autant de leur religion que les chrétiens en France, c’est à dire qu’ils s’en foutent. [Source]

         c) Les actes du gouvernement israélien ne représentent PAS l’opinion de tous les israéliens.

On accuse pas tous les américains d’être personnellement responsables de la guerre en Irak. Il y a là-bas une opposition forte à la politique étrangère des Etats-unis.

Le gouvernement, il a sa politique, il en a rien à foutre. Moi-même je suis français, personne ne m’a demandé avant d’aller faire la guerre au Mali. Bien sûr il y a des israéliens haineux, tout comme il y a des palestiniens haineux ou des américains haineux, mais penser que la globalité de la population d’Israel veut tuer des palestiniens à tour de bras, c’est faux (et antisémite).

Je vous invite par ailleurs à visiter la page de Israël Loves Palestine sur Facebook.

Aimons-nous les uns les autres, bordel de merde.

peaceConclure sur une image bisounours, c’est bien.

Cet article vous a plu ?
Merci de le partager 
sur Twitter ou Facebook !

Cet article a été publié dans Politique avec les mots-clefs , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

11 Commentaires

  1. Gaëlle
    Publié le juillet 25, 2014 à 9:31 | Permalien

    je ne suis juste pas d’accord avec le dernier paragraphe (ou alors je l’ai mal compris): « penser que la globalité de la population d’Israel veut tuer des palestiniens à tour de bras, c’est faux (et antisémite). » je trouve ça faux, réducteur, et particulièrement crétin et dangereux de penser que tous les israéliens en veulent aux palestiniens, en effet. mais pour moi ça n’est pas antisémite. ce qui l’est, (antisémite, et faux aussi) comme tu l’expliques très bien, c’est de dire que les juifs dans leur globalité veulent tuer des palestiniens, ou de dire que tous les israéliens sont dangereux parce que juifs, ou de dire que seuls les juifs israéliens veulent tuer des palestiniens. (ok je chipote, mais je pense que les nuances sont vraiment importantes quand on aborde ce genre de sujets…)

    et sinon, un truc qui fait du bien:
    http://www.deslettres.fr/lettre-ouverte-de-judith-butler-apres-la-controverse-sur-le-prix-adorno-il-tres-important-en-tant-que-juive-de-melever-linjustice-de-lutter/

    bisou ^^

  2. Thomas
    Publié le juillet 31, 2014 à 4:58 | Permalien

    crif israël dieudonné juifs valls gaza palestine crif dieudonné soral gaza juifs juifs

    etc.

    etc..

    etc…

    C’est lourd à force, changez de refrain.

  3. Publié le août 8, 2014 à 7:12 | Permalien

    J’ai commenté déja ici, simplement pour dire que Dieudonné n’est pas negationniste mais mon commentaire n’est jamais apparu c’est dommage.

    J’aimerais ajouter, si je ne suis pas censurée, que je pense (en en ayant beaucoup discuté avec plein de monde) que beaucoup de gens s’en fichent d’Israel comme des autres pays. C’est presque prétentieux de dire que les gens ont un sentiment particulier vis à vis de ce pays. Gobalement je pense qu’il faut vraiment intégrer l’idée que les gens s’en foutent : les gens n’ont pas envie « d’abolir » un pays ou un autre. Par contre, un pays dont les ficelles sont tirées par une religion (franchement peu importe laquelle) bin c’est primitif comme fonctionnement et on en veut plus je pense. Le pays oui, manipulé par une religion, non. C’est oppressif. On cesse la manipulation d’un peuple et d’une partie par une religion et tout le monde est « content » de ce pays je pense comem de n’importe quel autre pays ordinaire et respectueux de la liberté du peuple.

    Ce qui choque et énerve les gens de sorte de leur faire dire des trucs qui dépassent leur pensée à ce sujet c’est que : ourquoi un peuple qui a subi la choah (qu’il ne fait pas oublier et ne jamais refaire) laisse parler des gens dans leur gouvernement qui sont capables de dire qu’il faut tuer les mères palestiniennes? Pourquoi ça fait pas visiblement peter les plombs des israeliens (ou au moins des juifs qui ont de la famille en Israel et dont l »histoire est liée à tout ça)? Pourquoi? C’est quoi la différence avec les nazis exactement? C’est plus sympa que la choah dans l’idée ce qu’elle a dit la madame au beau visage? Si l’extreme droit française (tout aussi pute que l’extreme droite israelienne probablement) se permet de dire un truc pareil, vous pensez que les français vont rester là betement bras ballants juste à peine insurgés? Non. Ca passerait jamais. L’extreme droite française ne se le permettrait pas parce que le peuple ne l’accepterais pas. Pourquoi ça passe quand c’est en Israel au sujet des paléstiniens? Sois un eu de bonne foi et met toi à la place des gens extérieurs à tout ça et qui se disent (à juste titre c’est humain de penser ça): putain mais c’est vraiment faites ce que je dis et pas ce que je fais. Que les israeliens s’insurgent de ceux qui veulent pas lacher la grappe (joli façon de parler de massacre des civils) aux palestiniens.

    • Zerhariel
      Publié le août 10, 2014 à 11:00 | Permalien

      Ton premier commentaire est toujours là, avec ma réponse. Je répondrais (et lirais) celui ci plus tard.

      EDIT : Apparemment il s’est passé des trucs bizarres pendant le changement de structure du blog… Je verifierais tout ça quand j’aurais le temps, mais je ne censure jamais les commentaires (pour le moment 😉

      • Luciole
        Publié le août 25, 2014 à 10:11 | Permalien

        Je viens de voir que le fameux commentaire disparu est passé sur l’article précédent (celui qui s’appelle changement d’adresse).
        Bon, c’est juste au cas où personne n’ait remarqué, mais sinon mon com n’est pas très utile. Tu peux le supprimer dans tous les cas…

    • Sfefs
      Publié le septembre 17, 2014 à 1:18 | Permalien

      « Si l’extreme droit française (tout aussi pute que l’extreme droite israelienne probablement) se permet de dire un truc pareil, vous pensez que les français vont rester là betement bras ballants juste à peine insurgés? Non. Ca passerait jamais. L’extreme droite française ne se le permettrait pas parce que le peuple ne l’accepterais pas. »

      Déjà, faudrait éviter les termes misogynes (« pute »), mais passons. J’ai en tout cas envie de dire que si, les français ne feraient rien dans un tel cas de figure. Pourquoi ? Parce qu’ils ne font déjà rien. Nous avons un chouette premier ministre qui considère les rroms comme persona non grata en France, qui le dit et le fait, et sérieusement, est-ce-que c’est la révolution ? Nous avons, d’une manière générale, une classe politique qui, depuis des décennies (depuis toujours, aurais-je envie de dire), multiplie les déclarations (et les actes) racistes, islamophobes, homophobes et sexistes, qui fait peser le poids de la dette sur les plus pauvres, qui traque et rafle (le terme n’est pas anodin) les sans-papiers et quoi alors ? Rien. Qui s’est vraiment ému de ce nouveau naufrage de clandestins en méditerranée (500 morts) ? En sachant que de tels évènements se produisent quotidiennement ?

      La vérité, c’est que l’injustice gouverne déjà ce pays, et depuis longtemps déjà. Sauf que la plupart des gens pensent qu’ils ont un truc qui les protège, un talisman magique : la Démocratie ! Le problème, c’est que les gens pensent avoir vécu la « fin de l’Histoire », que la dictature, les génocides ne peuvent pas se reproduire dans notre beau monde civilisé. Et puis, en fait, les gens, ils s’en foutent un peu, beaucoup essayent simplement de survivre, prisonniers d’un système absurde et inhumain. En réalité, le « peuple » ne gouverne aucunement. Tout juste peut-il choisir son bourreau tous les 5 ans, et profiter du spectacle. Bon, faut dire aussi que, en vrai, le « peuple », ça n’existe pas. Des intérêts de classes, de genres, « d’ethnie » le divisent en une multitude de groupes isolés, aux objectifs fondamentalement divergents. Le groupe dominant, les hommes hétéros cis blancs, plutôt bourgeois, tient le haut du pavé, en un parfait exemple de communautarisme, et n’a aucun intérêt à abandonner ses privilèges. Comment les reconnaitre ? C’est les seuls sur lesquels on tape pas.

      Bon, et Israël dans tout ça ? Ben, c’est exactement pareil. Un gouvernement partisan du « choc des civilisations », des journaux qui cherchent à vendre de la peur, de fortes inégalités sociales, un système politique parfaitement anti-démocratique… Les véritables soutiens du gouvernement sont en réalité ultra-minoritaires au sein de la population israélienne. Mais ce nombre est inversement proportionnel au pouvoir qu’il détient.

      • Sfefs
        Publié le septembre 17, 2014 à 4:41 | Permalien

        J’ajouterais que, même si le contexte n’est pas exactement le même, nous autres français nous permettons tout autant de bafouer la souveraineté de certains états en y envoyant des troupes pour y mater les méchants « terroristes » qui menacent nos intérêts politico-économiques : Mali, Libye, Côte d’Ivoire, Centrafrique, Rwanda… Et encore, il ne s’agit que de la face émergée de l’iceberg, nous menons depuis des décennies en Afrique, au sein de nos anciennes colonies, la même politique qu’Israël, une politique néo-coloniale.

        Pour autant, sommes-nous, « citoyens », coupables des actes de gouvernements qui ne représentent qu’eux-mêmes ? A l’exception d’une minorité, je ne crois pas. Pas davantage que les israéliens.

  4. Jépavuletempspassé
    Publié le août 29, 2014 à 4:02 | Permalien

    Je voulais preciser que le gouvernement disrael na jamais dit quil fallait tuer des femmes palestiniennes .le probleme est simple : israel cest tres petit ya 7 millions d’habitants dont un million d’arabes plus des chretiens des orthodoxes des coptes .. Gaza mesure 14 kilometres ,avant ça appartenait á israel qui l’a rendu aux arabes . L’union europeenne a versé des millions d’euros mais au lieu de transformer cette enclave en un petit paradis ils ont creusé des tunnels achetés des armes et pronent le djihad la guerre sainte …le Hamas sest emparé de cette zone et la charte du hamas cest de detruire israel . Bon admettons que la creation d’un etat juif soit pas une bonne idee mais que faire ? Les foutrent à la mer ? Apres israel cest petit mais economiquement ça tiens la route le taux de chomage est inferieur à la france le pnb est au top le taux de croissance est a 2,5 contre 0 en france … L’usine sodastream à cause du boycott s’est delocalisée ds le desert du neguev laissant 900 palestiniens au chomage … Cest pas une bonne idée ce boycott . Alors il faut pas dire que les dirigeants veulent tuer des femmes ,ils veulent juste que le hamas arrete de balancer des missiles et des roquettes sur israel . Il faut reconstruire gaza le demilitariser et favoriser les echanges commerciaux . Cest pas le but de tuer des femmes ou des enfants . Juifs ou arabes non ?

    • Sfefs
      Publié le septembre 14, 2014 à 3:02 | Permalien

      Euh, le Hamas ne représente aucunement l’opinion de tous les gazaouis, hein, et encore moins de tous les palestiniens. En outre, les tirs de roquettes du Hamas sont souvent (pas toujours, mais souvent) une réponse à une attaque israélienne. Mais vu que lorsque l’armée israélienne balance des bombes, c’est au pire, une « opération militaire » et au mieux de la simple « défense », alors que, venant des « milices » du Hamas, c’est toujours du « terrorisme », le calcul est vite fait pour les médias occidentaux.

      Pour le reste, vous pensez vraiment que les gazaouis auraient besoin de « creuser des tunnels » s’ils étaient en situation d’abondance ? Ces tunnels que l’on décrit comme servant à la « contrebande » et à la circulation d’armes sont surtout les seuls voies d’accès aux produits de première nécessité que le blocus israélien empêche les gazaouis de produire.

      Le fait est que, paradoxalement, les infrastructures sont globalement excellentes à Gaza, comme les hôpitaux, dont le personnel est bien plus qualifié que dans les pays voisins. Sauf que, faute de matériel voir de produits de base (compresse, anesthésiants…), les médecins ne peuvent pas faire de miracles…

      Ensuite, je trouve ça pour le moins réducteur de calculer le bonheur et la viabilité d’une nation à son PIB… La Chine, l’Inde, voir les pays occidentaux, en sont le meilleur contre-exemple et Israël n’échappe pas à la règle. N’oublions pas les grosses manifestations à Tel Aviv d’il y a quelques années, dans le sillage des « indignés », contre l’augmentation du coût de la vie et les fortes inégalités sociales. Même s’il n’y a évidemment aucune raison de remettre en question l’existence d’Israël, sinon en tant que nation, évidemment, dans une optique anarchiste.

      Je rappellerais également que si le gouvernement n’est naturellement pas représentatif du peuple israélien (comme tous les gouvernements de nos pseudo-démocraties, en réalité), certains de ses représentants ont néanmoins bien appelé de leur vœu un « génocide » de la population palestinienne, comme Avigdor Lieberman, actuel ministre des affaires étrangères, qui a parlé plusieurs années auparavant de « vitrifier » la bande de Gaza. Et le reste de ce gouvernement d’extrême-droite est à l’avenant.

      Enfin, comme je l’ai déjà dit, le coup des roquettes sert souvent davantage de prétexte aux dirigeants israéliens de bombarder Gaza qu’autre chose. Contrairement à ce que prétend la propagande israélienne, le mur de séparation et le blocus de Gaza ne servent pas à défendre Israël contre le terrorisme, mais l’inverse, à savoir que le « terrorisme » (terme dont l’utilisation est curieusement à géométrie variable) palestinien est davantage motivé par la politique coloniale israélienne que par un quelconque fanatisme religieux. Et c’est la position jusqu’au-boutiste de l’état israélien qui contribue au renforcement des mouvements les plus radicaux, comme le Hamas, au détriment de ceux plus « modérés ». Ce qui est précisément le but recherché puisque cela permet ensuite au gouvernement israélien de justifier ses interventions militaires. Oui, il y a un cercle vicieux dans ce « conflit », mais il est à la fois faux et malhonnête de prétendre que les responsabilités sont partagés.

      Car ce « conflit » n’en est pas un au sens qu’il n’est pas unilatéral puisque nous avons d’un côté un état développé, soutenu par les occidentaux, disposant d’une armée moderne et lourdement équipée ; de l’autre, nous avons un non-état (qui n’est pas (complètement) reconnu par l’ONU, la Palestine n’ayant remporté, que de justesse, le simple statut « d’état observateur » et non celui de « membre »), disposant d’institutions embryonnaires, dont le territoire est militairement occupé voir intégré au territoire israélien, en voie de développement et qui n’est directement soutenu par aucune grande puissance étrangère. Dans ce contexte, la violence de certains mouvements palestiniens, si elle n’est pas excusable, est néanmoins tout à fait compréhensible ; il s’agit d’un conflit avant tout d’ordre colonial.

      Et quand bien même l’on persisterait à considérer que les responsabilités sont partagées, il suffit de jeter un coup d’œil au bilan humain de chaque phase d’affrontement : côté palestinien, entre 1000 et 2000 victimes (près de 2000, dont 25% d’enfants, dans le cas de la plus récente opération « Pilier de la Défense »), presque uniquement civiles, du côté israélien, quelques dizaines de victimes, presque uniquement militaires. Le constat parle de lui-même.

      Maintenant, je partage entièrement les conclusions du présent billet et tient à assurer son auteur de mon soutien. Il est vrai que l’on parle malheureusement trop peu de l’antisémitisme actuel en France (et de ses conséquences concrètes sur la vie des personnes juives ou désignées comme telles) sinon dans le contexte Israélo-palestinien et/ou pour taper sur les méchants « arabo-musulmans » (alors que les antisémites issus de ces « populations » n’en ont de toute façon pas le monopole). Ton témoignage fait froid dans le dos, toutes mes condoléances pour ton ami et sa famille. 🙁

  5. Vivian Petit
    Publié le avril 14, 2015 à 12:57 | Permalien

    Sur le sionisme : Je suis d’accord sur son usage souvent et sur le fait qu’il y a peu de termes aussi souvent utilisés sans même un début de définition du terme. Cela dit, oui, se dire antisioniste a encore un sens aujourd’hui si on définit clairement le terme et qu’on soutient les luttes pour l’égalité. Le sionisme est le courant colonial qui a créé un Etat juif allié aux puissances occidentales en Palestine, et maintenant que cet Etat existe, c’est le courant qui oeuvre à son maintien en tant que tel. Être antisioniste ce n’est pas s’opposer à la présence juive en Israël/Palestine, ni à l’égalité entre Juifs et non juifs, mais c’est s’opposer à la perpétuation du privilège juif en Israël/Palestine. Par exemple, sans rupture avec le sionisme, le droit au retour des réfugiés palestiniens et de leur descendants sera toujours refusé car considéré comme une menace démographique pour les Juifs israéliens.

    Quand aux « israéliens musulmans », ils sont en réalité la minorité de la population palestinienne qui a pu rester en Israël/Palestine après les massacres et les expulsions de 1948, car ils habitaient dans des villes entourées par l’armée britannique. Ils se définissent le plus souvent comme des Palestiniens ou des « Palestiniens de 1948 », et ils n’ont pas les mêmes droits que les autres Israéliens. N’utilisons pas ici le terme « musulman » comme le faisait la France en Algérie …

  6. darkbaron
    Publié le février 25, 2016 à 8:06 | Permalien

    Un excellent article. Quand j’en lis encore aujourd’hui qui osent parler de « philosémitisme d’État », sérieusement, je me dis « non mais, vous ne retenez aucune leçon de l’Histoire » ? Ayant peu de sympathie pour certains individus que tu cites (les amateurs de spécialités lyonnaises) et en ayant marre de ce genre de propos et d’amalgames, je trouve ton article excellent.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*